Un peu d'histoire

D'origine parfois contestée, Ruffey-Lès-Beaune pourrait tirer son nom du germanique "Ruffec", les mots "Lès-Beaune" exprimant la proximité du village avec la ville voisine de Beaune. Certains penchent pour une origine romaine. "Rufus" aurait pu désigner l'occupant d'une villa gallo-romaine située sur le lieu. La question n'est pas tranchée, mais le plus grand nombre se rallie à la première interprétation. Au demeurant, aucune trace d'occupation romaine n'a été mise au jour sur le territoire de la commune.

Commune essentiellement agricole durant toute son histoire, Ruffey-Lès-Beaune est désignée comme un village pauvre, aux terres ingrates, tout juste bonnes à cultiver la pomme de terre. On y pratiquait l'élevage et la polyculture.

Ce n'est qu'à la Révolution de 1789 que les hameaux de Varennes, Grandchamp et Travoisy furent rattachés au village de Ruffey-Lès-Beaune. La commune devient alors assez importante puisqu'elle couvre un territoire de plus de 1 500 hectares. C'est une des plus grandes du département. La Révolution de 1789 fut marquée à Ruffey par la décapitation du seigneur du lieu, Richard de Ruffey, guillotiné après avoir été accusé de vouloir s'exiler.

Un personnage important, Pierre JOIGNEAUX, laissa au village de Ruffey-Lès- Beaune un souvenir inoubliable. Né au hameau de Varennes en 1815, Pierre JOIGNEAUX devint député. Il fut également un grand agronome et ses ouvrages font encore référence aujourd'hui dans les écoles d'agriculture.